C'est quoi ce blog ?


Ce blog est fait de bric et de broc. Un vrai bric-à-brac, un méli-mélo, fait de tout et de rien. Il n'a ni queue ni tête. Il n'est ni chair ni poisson, ni pile ni face, ni lard ni cochon. Il est mi-chèvre mi-chou, mi-figue mi-raisin, mi dièse et fa bémol. Il a, parfois, quelques rimes, et parfois aussi, je l'espère, quelque raison.

Les mauvaises langues qui passeront par ici diront qu'il n'est ni fait, ni à faire. Elles auront raison, peut-être. Ou pas. De toute façon c'est trop tard.

Il n'a, en tout cas, ni Dieu, ni maître : du moins est-ce ce que je souhaite - même si c'est sans doute une illusion que de se croire libre.

Mais alors : pourquoi ce blog ? 

  • Pour passer le temps.  
  • Pour voir, ou écouter, passer le temps.  
  • Pour arrêter le temps.  
  • Pour retenir ce qui me passe par la tête et qui s'envolerait aussitôt, sinon, comme au vent la feuille.  
  • Pour me souvenir.  
  • Pour réfléchir. Réfléchir comme refléter. Réfléchir comme penser - penser pour, penser contre, y compris contre soi.  
  • Pour faire réfléchir - au cas où ce blog aurait un autre lecteur que moi-même.  
  • Pour causer - pour faire causer.  
  • Pour sourire, de rien, de tout.  
  • Pour m'étonner, pour admirer, pour m'émerveiller, de la beauté des mots, des images, des autres.  
  • Pour changer - pour ne pas changer.  
  • Pour vieillir un peu moins vite, ou simplement un peu moins mal.  
  • Pour essayer de mourir, le moment venu, un peu moins idiot.
En vertu de quoi il y a, fatalement, un peu de tout dans ce blog : des billets d'humeur, bonne ou, plus souvent, mauvaise, allez savoir pourquoi ; des textes ou des images recopiés (en toute illégalité, le plus souvent, mais je demande l'indulgence pour ces larcins véniels, compte tenu du nombre minuscule de visiteurs de ce blog) ; des réflexions personnelles sur des sujets de société, de politique, ou d'économie ; de la poésie ; et de l'humour, autant que j'en suis capable ...

Même si je m'en détache petit à petit, le monde réel me touche encore - je ne sais pas si je dois m'en attrister, ou m'en réjouir. J'aspire encore, non seulement à vivre le moins mal possible ce qui me reste à vivre, mais encore à faire ce que je peux pour que les autres aussi vivent le moins mal possible.

Ainsi il m'arrive, ici ou là, de parler sérieusement de choses qui me paraissent sérieuses, soit parce qu'elles me touchent, soit pace qu'elles touchent d'autres. J'ai cherché malgré tout à ce que cela reste léger, aussi léger que possible en tout cas. Parce qu'au fond, et heureusement, les choses pèsent rarement autant que le poids qu'on leur accorde sur le moment, ou alors, rarement très longtemps. Avec le temps, va, tout s'en va, même les chagrins s'estompent.

Je ne sais pas si l'on doit, ou pas, rire de tout. Ma religion n'est pas arrêtée sur cette question. Mais j'ai pris ce parti : j'ai donc choisi, chaque fois que possible, d'accompagner chacun de mes billets, mêmes les plus graves, d'un dessin humoristique. Je crois qu'un sourire, dès lors qu'il n'est pas de mépris, aide toujours à vivre, et aide presque toujours à penser.

J'ai emprunté à Louis Aragon le sous-titre de ce blog : "J'arrive où je suis étranger". On pourrait dévider à l'infini le fil de ces quelques mots. Aller où l'on est étranger : n'est-ce pas, au fond, une belle définition de ce qu'est vivre, tout simplement ? Pour aujourd'hui, disons seulement que c'est un bon résumé de ce que j'ai cherché à faire ici.

Voilà, ce blog est tout ça, ce blog n'est que ça. Ni plus, ni moins.

Et si, malgré tout, il a un ou deux lecteurs de temps à autre (une ou deux lectrices feraient l'affaire aussi), qu'ils soient les bienvenus.

Enkidou

1 commentaire:

  1. Salutations au Mésopotamien,
    Vous ne manquerez sûrement pas de lecteurs. On se prend à vous lire, un peu, beaucoup et plus encore ! Comme je ne suis pas très doué en écriture, j'ai abandonné la plume... pour un appareil qui enregistre les photons !
    Ainsi, en remerciement et en rapport avec " Charlie ", je vous donne à voir :
    http://www.oran1960-enkidoul.fr
    Enkidoul sonne comme un nom provençal, avec l'accent !
    Si nos trois religions monothéistes ont pour père Abraham, toute notre civilisation a bien pour origine la Mésopotamie.
    Enkidu est donc une bonne signature - Salutations enneigées du Dauphiné.

    RépondreSupprimer